Les blogs
du village
LA GUILLAUMETTE
S'inscrire à la newsletter du village

Statistiques
Nombre de visites : 36 557 908
Nombre de commentaires : 41 235
Nombre d'articles : 6 839
Dernière màj le 12/10/2019
Blog créé le 31/08/2007

S'inscrire à la newsletter du blog

S'inscrire au fil RSS
Bienvenue sur mon blog !

Partagez avec moi toutes mes passions, mes envies, mes souhaits, mes rêves... N'hésitez pas à me laisser vos impressions. J'y serai très sensible. Merci à vous de venir passer quelques moments avec moi et bienvenue chez moi.

Recettes Thermomix TM31 et TM5, c'est ICI.

Recettes COOKEO, c'est ICI.

<< 432 433 434 435 436 437 438 439 440 441 442 443 444 445 446 447 448 449 450 451 452 453 454 455 456 >>
Cette semaine, nous sommes allés manger, en compagnie de nos amis, au restaurant d'application du lycée hôtelier de Metz. Ce restaurant est situé dans l'enceinte du lycée et a pour but de permettre aux élèves (BEP, Bac Pro et BTS) de s'exercer et se perfectionner en cuisine et aussi pour le service. Il est ouvert du mardi au vendredi de 12h00 à 14h00 (excepté durant les vacances scolaires).

Dans le petit salon-bar jouxtant le restaurant étaient exposées des pièces réalisées en sucre par certains élèves.

 

 

Le cadre du restaurant est très "classe". Tout est fait pour que les élèves se trouvent dans les mêmes conditions qu'un grand restaurant et nous, nous avons la chance de pouvoir déguster un très bon menu!

En amuse-bouche, soupe aux lentilles à la crème et tartare de saumon et macédoine de légumes.




En entrée, tarte fine de sardines aux poivrons et aux aubergines.



Nous avons 2 menus au choix. L'autre entrée était : Goujonnettes de merlan et pétoncles, coulis de tomate et basilic


En plat principal, canard au deux cuissons, fruits d’automne caramélisés et gâteau de pommes de terre.



L'autre possibilité était : tournedos à l’échalote et au vin rouge, mousseline de céleri et petits légumes.
On voit les élèves en train de préparer le tournedos devant nous pour la partie flambée et préparation de la sauce. Le professeur est là pour les guider.




Et en dessert, souvenir de Marie-Galante.



Le repas a été accompagné de vins sélectionnés par le sommelier . C'est un élève qui a choisi cette spécialité. 

Pour terminer, un café que nous avons choisi parmi toute une sélection sur la carte des cafés.

Excellent repas très fin qui a séduit notre palais!




Crevettes majestueuses

 11/12/2007

Voici un plat qui s'accompagnera très bien d'un chablis. En accompagnement, vous pouvez choisir un riz thaï ou surinam.
Pour les fins gourmets, remplacez la moitié du coulis par de la sauce barbecue chinoise, de la sauce huitre et mélangez ! C'est ce que j'ai fait et c'est succulent .....  

Pour 4 personnes
Préparation : 40 mn
Cuisson : 20 mn

Ce qu'il faut :



. 1 kg de crevettes crues (mais j'ai pris des cuites ça va plus vite)
. 2 poivrons
. 2 tomates
. 2 oignons
. 1 boite de pousses de bambou tranchées
. 1 boite boite de pousses de soja
. 10 cl de sauce soja
. 60 cl de coulis de tomates
. Une pincée de piment de cayenne


Recette :

1. Si vous prenez des crevettes cuites, passez directement à l'étape 2. Sinon, passez les crevettes sous l'eau tiède et retirez les pattes et les premiers morceaux de coquille en laissant le dernier et la queue.

2. Coupez en morceaux les poivrons, les tomates et les oignons. Egouttez les pousses de bambou et de soja.

3. Dans un wok (ou autre ), faites chauffer 2 cuillères à soupe d'huile d'olive et y faire revenir les crevettes (toujours les crues sinon moi je les ai rajoutées à la fin de la recette pour les chauffer et qu'elles ne se désèchent pas) avec le piment et l'oignon. Ajoutez la sauce soja et le coulis et faites réduire à feu doux 10 mn.



4. Ajoutez les tomates et les poivrons et faites cuire 8 mn de plus. Goûtez et salez, poivrez selon votre gout.



5. Ajoutez les pousses de bambou et de soja et faites chauffer de nouveau 2 mn. (C'est à ce moment-là que je rajoute mes crevettes que j'ai décortiquées).

 

 



6. Servez avec du riz blanc ou parfumé.





Le foie gras, avec quel pain?

Le pain de campagne frais ou légèrement grillé et les toasts
de pain de mie sont à juste titre de grands classiques.

La baguette parisienne ou même de campagne accompagne
également très bien le foie gras.

Enfin un pain au levain, style Poîl*ne apporte une alliance
de saveurs intéressante.

On n’y pense pas!

Le pain aux fruits secs : Posez un morceau de foie gras sur
une tranche de pain aux fruits secs à peine grillée. Vous allez adorer l’alliance du sucré et du salé !

Mais vous pouvez aussi présenter votre foie gras à la façon de profiteroles salées dans des choux ou encore sur des petits socles de pâte feuilletée.

Vins et foie gras, sortez des entiers battus!

Contrairement à ce que l’on peu croire, le foie gras se marie avec
plusieurs crus différents.

Vins moelleux et liquoreux : Sauternes et tous les vins du
Sud-Ouest tels le Jurançon ou le Monbazillac, le Bergerac
moelleux, un Loupiac très bouqueté, le Sainte-Croix-du-Mont
magnifient le foie gras.

En dehors de son territoire d’origine, d’autres vins se marient
parfaitement au goût avec le foie gras : Un Côteau de Layon,
un Quarts de Chaume, un Bonnezeaux, un Vouvray, un Alsace
Vendanges Tardives (Pinot Gris), un Vouvray, un Gewurztraminer.

Etonnants rouges : les vins rouges de grand cru se marient également harmonieusement avec le foie gras qui révèle alors de subtiles saveurs : grands crus du Médoc (Margaux, Pauillac), crus du Libournais (Pomerol) et même les tanniques Madiran et Cahors.

Le champagne est un complice de fraîche date qui a déjà ses inconditionnels.

Un brin de folie!

Osez ! Le foie gras synonyme de fête se prête à beaucoup de folies notamment en terme de présentation des plats.

Jouez avec le sel de Guérande, les groseilles, le poivre noir ou rose concassé, le piment d’Espelette, les graines de pavot bleu, les gelées et confitures de cerises.
Mais aussi les figues, framboises, raisins, dés de kiwis, écorces d’oranges confites !

Ils apporteront gaieté et couleurs à vos plats.
Une seule règle toutefois : laisser le foie gras s’exprimer, ses saveurs ne doivent pas être masquées.

Il est également possible de présenter le foie gras sous d’autres formes qu’en rondelles,
par exemple vous pouvez par exemple en faire des copeaux que vous mettrez sur une salade, des toasts….
Pour cela, sortez le Foie Gras du réfrigérateur, puis couper des copeaux dans la longueur
à l’aide d’un couteau. Les déposer délicatement sur un grand plat.
Remettre au réfrigérateur. Utilisez les ensuite comme bon vous semble !

Source : Cuisine de A à Z



Dégustez votre foie gras dans les règles de l'art!
En entrée
Le foie gras se consomme de préférence en début de repas, moment où vos papilles gustatives sont les plus disposes.
Laisser 10 à 20 min à température ambiante avant dégustation.
Cela permet d’exhaler tous les parfums subtils et les saveurs délicates.
Trop froid, il perd beaucoup de son fondant et de ses arômes.

Afin de conserver toute la finesse de sa texture, le foie gras doit être délicatement tranché au dernier moment avec une lame de couteau très fine, sans dent, passée sous l’eau chaude.

Entre chaque tranche, trempez la lame du couteau et essuyez-la. Pour des tranches parfaites, vous pouvez utiliser un fil à couper le beurre (lyre).

Il doit être servi sur des assiettes préalablement refroidies

En plat principal
Mais il est aussi très agréable d’en faire le plat principal avec un accompagnement chaud notamment lorsque vous cuisinez le foie gras cru et que vous laissez s’exprimer votre imagination !

Les proportions
En entrée, nous vous conseillons de prévoir environ 50 à 70 g par personne et 100 à 130 g en plat principal.


Le foie gras s'invite à nos "HAPPY HOURS"...

Sur les tables basses, sur les buffets ou sur les bars de toutes nos fêtes, le Foie Gras sera plus incontournable que jamais :

mise en bouches sous forme de petits cubes de Foie Gras
surmontés de mangue, de pain d’épice, de poivre ou de
poivron présentés sur un plateau.

Ou encore petites bouchées apéritives à piquer ou à déguster
sur un mini toast, sans oublier le must de cette année : les petites
verrines qui rivalisent de créativité sur lit de chutney, de fruits, de figue et même de confit de tomate.

Source : Cuisine de A à Z



Le foie gras, il a quelque chose de magique!
Etes-vous plutôt "oie" ou "canrd"?

Le foie gras de canard est le plus consommé, un goût affirmé
qui plaît énormément.
Le foie gras d’oie, plus fin, plus délicat et attire également
de nombreux inconditionnels.

Le foie gras cru : où et comment le choisir?

Vous pouvez l’acheter pour en faire des terrines maison ou des
recettes chaudes élaborées. Il se présente alors sous vide (grande distribution) ou sans conditionnement spécifique,
dans les marchés au gras, typiques du Sud-Ouest par exemple.
Il peut être conservé 7 jours à une température de 0°C à + 4°C.
Il est délicieux poêlé et accompagné de fruits frais ou cuits tels que
pommes, poires mais aussi mangues, tentez l’exotisme !

Pas besoin d’être expert pour choisir un beau foie gras !

Leur couleur doit être uniforme et sans tâche, leur texture régulière et fine, et au toucher il doit être ferme sans être dur.
Le foie gras d’oie est cependant légèrement plus rosé.

Le foie gras prêt à consommer

Le foie gras entier est une préparation composée d'un foie gras entier ou d'un ou plusieurs lobes entiers de foie gras et d'un assaisonnement. A la coupe, il présente une coloration uniforme

Le foie gras : C’est une préparation composée de morceaux de lobes de foie gras différents et d'un assaisonnement. Il présente un aspect marbré esthétique très recherché au tranchage.

Le bloc de foie gras : préparation composée de foie gras reconstitué et d'un assaisonnement. Ce peut être « Bloc de foie gras avec morceaux » et présente alors une belle tranche où les morceaux sont bien visibles.

Mi-cuit ou en conserve?

Le foie gras mi-cuit : sa texture onctueuse, un peu plus ferme que celle du foie gras cru et peut être conservé 6 mois à une température de 2°C à +4°C. En bocal, boîte ou récipient hermétique, il est cuit à 64-85°C à cœur.

Le foie gras en conserve : en bocal ou en boîte, il est cuit à 110°C à cœur. Sa texture très onctueuse, évolue au fil des années. Le foie gras absorbant sa propre graisse, il gagne en onctuosité en vieillissant. Il peut être conservé plusieurs années (10 à 15 °C).

Le foie gras se modernise!

Cette année les professionnels vous proposent des cocottes toutes prêtes contenant, par exemple, un Foie Gras cru sur lit de carottes et petits oignons qu’il ne reste plus qu’à mettre au four.

Les amoureux seront comblés avec des mini terrines en porcelaine blanche pour deux accompagnées d’un pot de confit de figue, ou d’un petit bocal de Foie Gras traditionnel de 90 g, sans oublier les duos de tranches de 2 x 40 g.

Et n'oubliez pas ..... Magrets et Confits!

Le confit d’oie ou de canard, que vous trouverez en bocaux ou en boîtes peut être accompagné de pommes fruits, pommes de terre à la Sarladaise, de champignons ou encore de riz sauvage ou tagliatelles.

Le magret de canard, quant à lui peut être poêlé comme traditionnellement ! Pensez aussi à l’acheter fumé, il agrémentera ainsi agréablement une salade de lendemain de réveillon.

Source : Cuisine de A à Z



Le 6 décembre, c'est la Saint-Nicolas ! Dans l'Est de la France, mais aussi en Espagne, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Autriche…, saint Nicolas est le premier père Noël, celui qui amène aux enfants, dès le début du mois, des bonbons, des fruits secs, des gâteaux, parfois des jouets.


Le saint des enfants...

" Ils étaient trois petits enfants
Qui s'en allaient glaner aux champs,
Tant sont allés, tant sont venus,
Que sur le soir se sont perdus.
S'en furent frapper chez le boucher :
- Boucher, voudrais-tu nous loger ? "

   Le plus connu des miracles de saint Nicolas reste assurément celui que reprend cette comptine populaire, ce miracle des trois petits enfants " qui s'en allaient glaner aux champs ", qui furent découpés par un boucher et " mis au saloir comme pourceaux " avant d'être ressuscités par le grand saint.
Beaucoup d'autres récits associent saint Nicolas aux enfants : enfants perdus et retrouvés par le saint, enfants morts sauvés par lui, comme ce nourrisson brûlé pour avoir été laissé par négligence trop près de l'âtre : " Retourne à la maison, L'enfant tu trouveras. Tu l'as laissé en cendres. En chair tu l'trouveras. " Qui mieux que ce saint attentif aux petits pouvait être désigné pour les combler de présents ?

Le saint des cadeaux...

Car, dans tous les récits, saint Nicolas est un grand pourvoyeur de cadeaux. Le premier de tous, c'est la vie : la vie qu'il redonne aux enfants qu'il sauve ; la vie qu'il prolonge lorsqu'il sauve sa bonne ville de Myre (dont il était l'évêque) de la famine. Mais sa générosité va au-delà. On raconte par exemple qu'un père de famille ruiné se désolait de ne pouvoir marier ses trois filles. Certaines versions soufflent même qu'il songeait à les vendre… Pour empêcher ce déshonneur, saint Nicolas vint nuitamment jeter par la fenêtre trois bourses remplies d'or dans la chambre des jeunes filles : trois dots pour les marier. On dit que les trois bourses seraient tombées dans les chaussettes qui séchaient ou les souliers rangés près de la cheminée… Tous les ingrédients de la future fête de Noël étaient rassemblés…
Dans certains pays, saint Nicolas passe distribuer ses présents à Noël. Mais dans d'autres, comme la Lorraine, c'est dans la nuit du 5 au 6 décembre ou bien le jour même de sa fête, qu'il apporte aux enfants de nombreux petits cadeaux, souvent comestibles. Une façon de rappeler le rôle nourricier de ce saint sauveur.

Le saint qui se mange…
Bien sûr, saint Nicolas n'a pas été dévoré ! Mais on le retrouve depuis des siècles sous forme de gâteaux ou de pains d'épices qu'on grignote en décembre !
En Champagne par exemple, on en mangeait autrefois pour le petit déjeuner de Noël. En Lorraine, le 6 décembre, les enfants recevaient des pains d'épices découpés à l'image du saint ou, parfois, de son âne. On pouvait aussi croquer des petits cochons d'épices portant sur leur dos le nom de saint Nicolas en lettres de sucre… Cherchez bien : si vous habitez dans l'Est, il y en aura sûrement dans vos pâtisseries à partir du 6 décembre ! 

Voici la vitrine d'un pâtissier de renom à Metz décorée pour la Saint-Nicolas. J'ai pris cette photo cet après-midi.






Noël approche à grands pas. Pour que la fête soit parfaite, quoi de mieux qu’un grand et beau sapin. Oui mais voilà, ce n’est pas toujours facile de choisir. Voici donc quelques conseils pour répondre à toutes vos questions.
Epicéa ou Nordmann ?


Ces deux variétés sont les plus courantes dans le commerce.
L’épicéa est la variété traditionnelle. L’arbre présente un feuillage vert foncé, avec de petites aiguilles. Mais surtout, il dégage une bonne odeur dans la maison. Il tient environ trois semaines, au-delà desquelles il commence à perdre ses aiguilles.
Depuis quelques années, il se vend de plus en plus de sapins Nordmann. Cet arbre, originaire du Caucase, possède un feuillage d’un beau vert brillant, ses aiguilles sont plus grandes et ne piquent pas, pour le plus grand plaisir des enfants. Mais le principal avantage du Nordmann est qu’il tient bien plus longtemps que l’épicéa, jusqu'à huit semaines. Cependant, il se révèle plus cher.

Notez que les sapins vendus au moment de Noël sont spécialement cultivés pour cette fête. Ils ne participent donc pas à la déforestation.

L’installation

L’un de vos soucis essentiels est certainement de savoir comment conserver au mieux votre sapin pendant toute la durée des fêtes.
Tout d’abord, soyez vigilent au moment de l’achat. Rien ne sert d’acheter un arbre qui commence déjà à perdre ses épines, car cela signifie qu’il commence déjà à se dessécher. Votre sapin doit avoir belle allure, un feuillage fourni et brillant.
Par ailleurs, les sapins vendus en grande surface sont certes moins chers, mais la qualité n’est pas toujours au rendez-vous.
Enfin, n’achetez pas votre arbre trop tôt. Sachez que, traditionnellement, le sapin doit être installé la veille de Noël et défait à l’Epiphanie.
Une fois votre arbre acheté, ne le rentrez pas tout de suite dans la maison. Laissez-le quelques jours dans le garage ou sur le balcon car il n’appréciera pas de subir un choc thermique trop important.

Si vous avez acheté un arbre sans racine, coupez quelques centimètres du tronc, en biseau, afin qu’il puisse bien absorber l’eau que vous allez lui donner. Ensuite, mettez-le soit dans un sceau d’eau, en veillant à en rajouter régulièrement, soit dans un sceau de sable bien humide. Par ailleurs, vaporiser de l’eau, chaque jour, sur le feuillage.

Si c’est un sapin en conteneur, avec des racines, arrosez-le et humidifiez son feuillage régulièrement.

Dans les deux cas, ne le mettez pas près d’une source de chaleur. En effet, cela participerait à son desséchement et, qui plus est, serait dangereux en raison des risques d’inflammation.

Que faire du sapin après Noël ?

Si vous avez choisi un arbre sans racine, impossible de le planter. L’idéal est donc de le brûler. Ne le brûlez pas dehors car cela dégage du CO2 sans que cela débouche sur une production d’énergie. Mettez-le plutôt, si vous en avez la possibilité, dans la cheminée. Il sera alors source de chauffage. Si ce n’est pas possible, déposez-le dans une déchetterie.

En revanche, si vous avez pris un sapin avec des racines, vous pouvez essayer de le planter dans votre jardin. Choisissez alors un endroit à la mi-ombre. Ajoutez à la terre de votre jardin un peu de terreau et de terre de bruyère. Paillez le pied de l’arbre jusqu’au printemps. Sachez que ces arbres n’aiment pas les grosses chaleurs durant lesquelles ils se dessèchent très rapidement.

Source : Le Journal des Femmes



Dans la religion chrétienne, Noël est la fête de la Nativité célébrant la venue du Christ sur Terre. Les légendes du passé ne sont pas oubliées et les décorations liées à la célébration de Noël sont le reflet d’une tradition encore vivante.

La crèche, une représentation chrétienne

Symbole important en Occident, cette petite construction représente l'étable de Bethléem et les scènes de la Nativité de Jésus-Christ célébrée le soir de Noël. Les personnages, le plus souvent fabriqués en terre cuite, représentent Marie et Joseph, les parents de Jésus, un âne et un bœuf chargés de réchauffer l'enfant par leur souffle, et des bergers.
La première crèche vivante aurait été produite par François d'Assise en 1223. Les crèches ressemblant à celles d'aujourd'hui sont apparues dans les églises au XVIème siècle. Depuis le XVIIIème siècle, cette tradition se perpétue dans tout le monde catholique avec des ajustements selon les régions.
Par exemple, en Provence sont ajoutés les santons illustrant les métiers traditionnels ou les scènes de la vie quotidienne de la région. Ce type de décor est tellement répandu à Noël qu'il s'est développé dans le monde entier avec la crèche africaine en bois, la crèche asiatique avec un petit Jésus aux yeux bridés ou encore la crèche en argent de Roumanie.

Un arbre de Noël décoré selon une tradition religieuse

C'est en 1521 que l'arbre de Noël est mentionné pour la première fois en Alsace. Il sert à décorer la maison et à regrouper les cadeaux. Les roses, les pommes et les friandises étaient les décorations habituelles du sapin, les pommes rouges faisant référence à l'histoire d'Adam et Eve. En 1806, une gravure illustre de nouvelles ornementations inaugurant les petits personnages, les animaux et les gâteaux. L'étoile accrochée traditionnellement au sommet de l'arbre symbolise l'étoile de Bethléem qui guida les Rois Mages vers Jésus-Christ.
Aux XVIIème - XVIIIème siècles, les premiers sapins illuminés par des petites bougies font leur apparition, mais il faut attendre 1880 pour que les premières décorations électriques apparaissent aux Etats-Unis. Edward Johnson, l'associé de Thomas Edison, installa une guirlande de 80 petites ampoules électriques sur un arbre de Noël.
Jusqu'en 1950, c'est en Allemagne et en Europe de l'Est que la production des décorations de Noël culminait. Les artisans travaillaient le verre, le métal, la cire et le bois. Les personnages étaient fabriqués en coton et les cheveux d'ange en fibres métalliques. La boule de Noël était à l'origine une pomme, mais l'hiver rigoureux de 1858 en réduisit considérablement la récolte. Un artisan verrier eut alors l'idée de créer les boules que nous connaissons aujourd'hui.

Source : L'Internaute




Le repas de Noël consistait en une simple collation. Avec les années, elle se transforma peu à peu en un repas plus copieux et plus élaboré, la dinde et la bûche de Noël constituant les ingrédients indispensables au menu festif.

La dinde de Noël, une viande typique

La dinde farcie occupe une place de choix dans le menu traditionnel de Noël et cela dans de nombreux pays du monde. Cette volaille n'est pourtant pas un met d'origine européenne. Elle nous vient du Canada, des Etats-Unis et du Mexique.
Au XVIème siècle, elle fut apportée du Mexique par les Espagnols puis domestiquée en Espagne, en France et en Angleterre. D'ailleurs, le nom de dinde vient du fait que les premières trouvées ont été baptisées "poules d'Indes" par les Espagnols croyant revenir de l'Inde. Il a toujours été de coutume de fêter Noël avec un plat à base de volaille, essentiellement des oies, car elles étaient considérées comme l'oiseau solaire et garantissaient la protection du soleil à celui qui en mangeait. La dinde est devenue un menu de Noël car elle représentait un volatile inhabituel et était dégusté en temps de grandes fêtes. La première dinde a été mangée au cours du repas de Noël de Charles VII.

Un dessert de choix, la bûche glacée

Avant de devenir le dessert par excellence du repas de Noël, la bûche était l'objet d'un rite antique célébrant le solstice d'hiver. Depuis plusieurs siècles, on avait coutume au début de la veillée de mettre dans le feu une grosse bûche choisie pour sa taille et sa qualité car elle devait brûler pendant toute la soirée. Le tronc provenait de préférence d'un arbre fruitier pour garantir une bonne récolte future. La disparition des grandes cheminées dans les foyers mit fin à cette tradition mais fut remplacée par un dessert créé par un pâtissier en 1945.

Source : L'Internaute







Cette dénomination désigne une technique de sertissage de vitrail, probablement inventée par le grand artiste américain Louis Comfort Tiffany (1848-1933) qui a exploré tout le domaine verrier, de l’art du vitrail à celui de la mosaïque en passant par la fabrication et l’invention de verre à vitrail et par le soufflage du verre artisanal “favrile” aux multiples variétés.

Les procédés de coupe et les instruments utilisés sont identiques à ceux de la méthode traditionnelle du vitrail, mais c’est l’assemblage qui diffère.
Moins rigide que le montage avec des plombs, il consiste à utiliser une bande de cuivre fin et à en entourer chaque pièce de verre coupé avant la mise en place sur le carton et dans le cadre. Les soudures sont réalisées avec des tiges d’étain. Ce mode de sertissage permet d’utiliser des petites pièces de verre et si nécessaire de les monter en volume.

Tiffany a mis en oeuvre cette méthode d’une plus grande souplesse que la méthode traditionnelle en particulier dans ses luminaires pour lesquels il récupérait les restes de matière première des grandes verrières. Il utilisait à l’époque des bandes de cuivre fin. Actuellement ces bandes sont adhésives, ce qui facilite le sertissage du verre avant soudure.



Pour réaliser des objets ( photophores, vitraux, boites, objets en 2D ou 3D, luminaires, etc...) selon la méthode " Tiffany " on procède en plusieurs étapes. Voici quelques exemples :

    

Ma première réalisation sera une colombe. Au cours que je suis, toute nouvelle personne commence par ça. Après, on peut choisir ce que l'on veut en fonction de nos compétences bien sûr. 


1er étape - Réaliser un patron

     

Une fois que l'on aura choisi le sujet à réaliser, il faudra le dessiner sur papier, numéroter chaque pièce dessinée puis photocopier en 3 exemplaires : 1 pour archive - 1 à découper et qui servira de gabarit - et 1 comme modèle témoin pour recomposer le dessin après avoir coupé et meulé les pièces en verre.


2ème étape - La découpe du verre

     Verre choisi pour réaliser la colombe.

Chaque pièce en papier, le gabarit, doit être présenté sur le verre. Et au feutre indélébile, tracer le contour afin de pouvoir couper le verre, avec un coupe verre, suivant le tracé.

Ensuite chaque pièce devra être meulée puis présentée sur le modèle témoin et être ajustée si nécessaire.

        


3ème étape - Le sertissage au cuivre



Chaque pièce doit être bordée de cuivre adhésif pour permettre la soudure à l'étain.


4ème étape - La soudure

Assembler les pièces en verre à l'aide de papier adhésif pour pouvoir souder à l'étain après avoir étalé de l'eau de soudure sur le cuivre.


5ème étape - La finition

L'ouvrage terminé est alors prêt à être nettoyé à l'eau chaude afin d'enlever les résidus des papiers adhésifs et d'eau à souder. Ensuite on applique une patine, qui conférera un aspect vieilli ou coloré.

  

 


La voici accrochée à une fenêtre!

  




Cocotte en fonte

 08/12/2007
La cocotte en fonte permet une cuisson à l'étouffée, son couvercle hermétique empêchant l'évaporation des liquides de cuisson et favorisant ainsi la concentration des saveurs.


Acheter une cocotte en fonte

La cocotte en fonte est une marmite ronde ou ovale avec un couvercle bien assujetti et 2 poignées sur les côtés. Le terme de cocotte en fonte est utilisé seulement depuis le début du 19° siècle alors que l'ustensile existe depuis bien plus longtemps.

On peut trouver 2 grandes familles de cocotte en fonte:

La cocotte en fonte classique avec son couvercle traditionnel surmonté d'une poignée.

La cocotte en fonte à réserve d'eau : on place sur le couvercle des glaçons ou de l'eau ce qui favorisera une condensation à l'intérieur de la cocotte en fonte et permettra d'arroser la préparation en permanence sans avoir à soulever le couvercle.

Questions et remarques sur la cocotte en fonte

Quels sonts les avantages de la cuisson dans une cocotte en fonte ?

En diffusant la chaleur progressivement et uniformément, la fonte permet un contrôle total de votre cuisson, douce ou au contraire à vif suivant le réglage de votre feu. La fonte est un excellent conducteur de chaleur, les plats restent ainsi chauds longtemps après leur sortie du feu.

Pourquoi la fonte est elle émaillée ?

La fonte émaillée est un matériau sain. L’émail est reconnu depuis l’Antiquité pour ses vertus de neutralité et de pureté.

Quel est le principe de la cocotte en fonte réserve d'eau ?

En plaçant sur le couvercle de l’eau ou des glaçons, la cocotte en fonte réserve d’eau emprisonne la vapeur d’eau, hydratant ainsi en permanence vos préparations pour leur donner plus de moelleux.
Ce cycle permanent et automatique d’arrosage évite de soulever le couvercle lors de la cuisson permettant un mijotage plus efficace.

Sur quel feu peut aller une cocotte en fonte ?

La cocotte en fonte peut aller sur tous les feux y compris l'induction même les cocottes les plus anciennes. En effet la fonte contient naturellement du fer ce qui permet à n'importe qu'elle cocotte d'aller sur induction.

Comment entretenir une cocotte en fonte ?

La cocotte en fonte se nettoie sous l'eau chaude avec du produit vaisselle. Sécher immédiatement après lavage. Eviter le lave vaisselle.

Cocotte en fonte ovale ou ronde ?

La cocotte en fonte ovale est particulièrement bien adaptée pour les rôtis ou les volailles. La cocotte en fonte ronde est plus adaptée pour les plats traditionnels tels la blanquette, le navarin d'agneau...

Source : Le Journal des Femmes






L'arbre à pain...

La châtaigne a longtemps été un aliment de base comme le pain aujourd'hui notamment en Bretagne, le Massif central, la Corse, le Portugal ou l'Italie du Nord. Dans les campagnes, la châtaigne remplaçait souvent les céréales : on appelait d'ailleurs le châtaignier "l'arbre à pain".
Aujourd'hui, la consommation de châtaignes est saisonnière et sert d'accompagnement notamment pour les gibiers et volailles pour les repas de fêtes. La châtaigne est commercialisée de Septembre à Février.

Marron ou chataigne ?

Le marron est tout simplement une châtaigne dont le fruit non cloisonné ne comporte qu’une seule amande plus grosse alors que la châtaigne proprement dite en contient plusieurs (entre 2 et 5). Il existe plusieurs centaines d'espèces de châtaigners

Les nombreuses utilisations de la châtaigne

Rarement un fruit a connu autant d'utilisations possibles. La châtaigne peut se consommer :

Comme fruit frais fruits frais (ou fruits de bouche)
En conserve (marrons entiers au naturel)
Sous forme de confiture (confitures ou crèmes de marrons, purée de marrons)
En confiserie (marrons glacés, marrons confits)

Bien choisir ses chataignes

Les récolter ou les acheter lourdes et fermes, bien remplies, avec une écorce luisante et bien tendue. Ecarter les chataîgnes amollies et légères.

Bien les conserver

Les châtaignes doivent être conserver dans un endroit frais et sec. Les châtaignes avec leur peau se conserve 1 semaine à température ambiante et 1 mois au réfrigérateur. Pelées et cuites, les châtaignes se conservent quelques jours au réfrigérateur, elles peuvent même être congelées pour une période de 6 mois.

Bien les préparer

Faire griller les châtaignes : Pour éviter qu'elles n'éclatent il convient de pratiquer une petite entaille dans le fruit à l'aide d'un couteau ou mieux avec une pince coupe marron. Placer ensuite les châtaignes dans une poêle à marron à placer sur une source de chaleur ou dans une cheminée.

Faire cuire les châtaignes à l'eau : incisez le fruit à l'aide d'une pince coupe marron, d'un bord à l'autre de la lunule (partie claire de l'écorce), en passant par la pointe. Faites cuire les châtaignes dans une casserole d'eau froide. Comptez 3 min à partir de l'ébullition avant de passer les fruits, six par six, sous un jet d'eau froide. Une simple pression du doigt suffira à dégager le fruit de ses deux peaux.

En accompagnement
Entières : les châtaignes (déjà blanchies) mises à cuire autour d'un rôti de veau ou de porc vont confire lentement avec la viande. Elles accompagnent à merveille le boudin (blanc ou noir).
En purée : une purée de châtaignes est la compagne idéale d'un civet de lièvre ou de sanglier ou de gibier rôti.

En dessert
Confiture : il faut faire un sirop (1 verre d'eau pour 1 kg de sucre). Aux premiers bouillons, on ajoute 1 kg de châtaignes pelées. On laisse cuire jusqu'à ce que les fruits se délitent.

Source : Le Journal des Femmes



Comme j'étais à Metz aujourd'hui, j'ai pensé à vous et j'ai fait quelques photos au marché de Noël. C'est assez rapide car je n'avais pas beaucoup de temps et de plus, les photos ne sont pas très lumineuses car il faisait un temps épouvantable : pluie et vent ! 

Voici tout d'abord, un peu d'histoire!

Une tradition germanique devenue internationale

L'un des premiers marchés de Noël en France fait son apparition au XVIème siècle, à l'Est, à Strasbourg plus exactement, sous le nom de Christkindelsmärik. Au fur et à mesure des années, le développement du tourisme aidant, les Français de toutes régions ont découvert le charme de ces petits marchés.

Maisonnettes de bois, découverte des traditions culinaires et artisanales, balade familiale... le tout dans une ambiance intime et magique créée par les illuminations et les chants de Noël.
Depuis les années 80, ces marchés s'étendent dans toutes les régions, mais l'Alsace reste la terre de prédilection.

Gastronomie, vin chaud, idées de cadeaux… les marchés de Noël sont l'occasion idéale de préparer les fêtes de fin d'année dans une ambiance chaleureuse.

 

 

 




Nous devons y retourner un soir car c'est plus beau avec toutes ces lumières et ces guirlandes et l'ambiance est différente. A ce moment-là, je referai d'autres photos.
En attendant, voici un aperçu du marché de Noël la nuit. Ce n'est pas moi qui suis l'auteur de cette magnifique vue du marché de Noël place Saint-Louis. C'est pour le plaisir des yeux!




Cette recette met à l'honneur ce fromage au goût d'épice typiquement franc-comtois : le mont d'Or!
Profitez de l'hiver pour découvrir ce plat certes consistant mais convivial....
Je vous mets la recette plus tard. 
Enfin! la voici .....

Nous nous sommes régalés ce midi! J'ai tellement fait la gourmande que je me suis brûlée le palais  .....




============================================

Pour 4 personnes

Ce qu'il faut :

• 1 mont d'or de taille moyenne
• 10 grosses pommes de terre
• 200g de lardons fumés
• 1 boîte de champignons de Paris
• 1 oignon
• 25 cl de crème fraîche liquide ou plus selon vos goûts!
• 20cl de vin blanc sec du Jura ou de Savoie
• Sel, poivre du moulin


Préparation :

- Lavez et pelez les pommes de terre. Coupez les en 6. Emincez l'oignon.

- Faire cuire les pommes de terre à la cocote minute une dizaine de minutes.

- Pendant ce temps faîtes revenir les lardons à la poêle, ajoutez-y l'oignon puis les champignons. Salez, poivrez et laissez cuire 10 minutes. Mouillez avec la crème fraîche puis réservez.



- Préchauffez le four à 200°.

- Egouttez les pommes de terre et disposez-les dans un plat à gratin. Versez dessus la préparation aux lardons et recouvrez le tout de tranches de mont d’or.

 

 

- Pour finir, arrosez l’ensemble de vin blanc. Enfournez pour 15 minutes environ.



- Servez chaud accompagné du vin ayant servi à la cuisson.





Source : Le journal des femmes.




<< 432 433 434 435 436 437 438 439 440 441 442 443 444 445 446 447 448 449 450 451 452 453 454 455 456 >>

 

J'invite un ami à créer son blog
 
Votre prénom :
Prénom de votre ami :
E-mail de votre ami :
 
Message :