Les blogs
du village
LA GUILLAUMETTE
S'inscrire à la newsletter du village

Statistiques
Nombre de visites : 28 456 251
Nombre de commentaires : 37 355
Nombre d'articles : 6 264
Dernière màj le 16/11/2017
Blog créé le 31/08/2007

S'inscrire à la newsletter du blog

S'inscrire au fil RSS
Bienvenue sur mon blog !

Partagez avec moi toutes mes passions, mes envies, mes souhaits, mes rêves... N'hésitez pas à me laisser vos impressions. J'y serai très sensible. Merci à vous de venir passer quelques moments avec moi et bienvenue chez moi.

Recettes Thermomix TM31 et TM5, c'est ICI.

Recettes COOKEO, c'est ICI.

<< 394 395 396 397 398 399 400 401 402 403 404 405 406 407 408 409 410 411 412 413 414 415 416 417 418 >>
Je vous propose la recette de la bûche de Noël que j'ai apprise à l'atelier de cuisine.

Génoise

Ces proportions sont données pour 2 bûches.

- 5 oeufs
- 100g de farine et 50g de fécule ou bien 150g de farine
- 150g de sucre
On compte : 30g de sucre/oeuf

- Chauffer le four à 180°.
- Casser les oeufs dans un saladier. Ajouter le sucre.
- Battre le tout puis chauffer sur le gaz ou une plaque électrique tout en continuant à battre jusqu'à 60°.



Si vous ne possédez pas de thermomètre de cuisine, sachez que cette température est atteinte lorsque le mélange commence à fumer.
- Puis battre au batteur électrique jusqu'à complet refroidissement puis battre plus lentement encore pendant environ 5 minutes.
L'idéal est d'avoir un robot avec un bol!
- Ajouter la farine en une seule fois en soulevant.



- Sur un papier de cuisson et à l'aide d'une poche à douille, étaler l'appareil en forme de rectange.

 

 

- Cuire 5 à 6 minutes pour une plaque (pour la bûche).
- Si vous faites un gâteau dans un moule, cuire envion 15 minutes.



- A la fin de la cuisson et dans le but de mieux rouler la plaque pour faire la bûche, la mettre directement au frigo à la sortie du four.

Il est possible d'ajouter aux ingrédients de base du cacao en poudre, de la poudre d'amandes, des pistaches concassées, ....
Dans ce cas, incorporer ces derniers en mélange avec la farine.


Crème au beurre

- 300g de beurre
- 300g de sucre en poudre
- 3 jaunes d'oeufs
- 1 oeuf entier
- parfum choix (praliné, 200g à 300g de chocolat pâtissier, 1 boite de 500g de crème de marrons, ....)


- Faire fondre le beurre en pommade.
- Mettre le sucre à fondre dans une casserole avec un peu d'eau. L'eau doit recouvrir le sucre.
- Cuire au petit boulé (120°), c'est-à-dire dès que cela commence à bouillir.
- Dans un saladier ou le bol du robot, battre les jaunes d'oeufs et l'oeuf entier.
- Verser le sucre chaud lentement sur les oeufs en mélangeant.
- Puis battre à vitesse maximum penfant environ 10 minutes.
- Ajouter au beurre le parfum au choix (praliné, chocolat, crème de marrons, ....)
- Mélanger ensuite le beurre pommade.

A l'atelier, nous avions 2 parfums pour la crème : chocolat et crème de marrons.




Montage de la bûche


Chaque participante avait sa plaque génoise qui sortait du réfrigérateur.



- Décoller la génoise du papier. Cela se fait très facilement et la génoise ne se casse pas du tout. Ceci est dû au fait qu'elle ait été au réfrigérateur dès la sortie du four. Ceci est très important!

- Etalez dessus une couche de crème au beurre. Moi, j'ai choisi crème de marrons pour l'intérieur de ma bûche.



- Roulez la génoise, elle ne se casse pas. La déposer sur une plaque en carton ou bien un plat.



- Enduire aussi l'extérieur de crème au beurre (pour moi, parfum chocolat).
- Couper les exrémités en biais et déposer les 2 morceaux sur le dessus de la bûche.
- Strier avec les dents d'une fourchette et décorer avec des petits sujets de Noël.
- Saupoudrer de noix de coco et déguster!

Et voilà mon oeuvre.... je suis rentrée à la maison toute fière avec ma bûche!
Nous l'avons goûtée au dessert et comme disait mon père : "C'est la sainte-Vierge qui descend dans la gorge en culotte de velours" ...... 




Les quatre mains

 16/12/2007

Vous pouvez aussi visiter le blog de mon mari "Les quatre mains". 
Ce blog a pour but de vous faire partager ses passions et pourquoi pas vous donner des idées pour occuper vos loisirs.



>> http://lesquatremains.blogspot.com/



Il porte chance. Alors pendant les fêtes de fin d'année, embrassez-vous sous le houx ! La particularité de cette plante est d'être dioïque, c'est-à-dire qu'il existe des houx mâles et des houx femelles. Les mâles ont de belles feuilles dotées de piquants tandis que les femelles ont des feuilles arrondies, mais qui se couvrent de baies. On connaît les boules rouges du houx mais cet arbuste très résistant peut également se doter de boules orange ou jaunes. Malgré son attrait le houx est toxique car il contient dans son feuillage des alcaloïdes, dont l'ingestion peut entraîner des troubles digestifs. A Noël, préférez les marrons !

Source : L'Internaute Jardins



Des fleurs pour Noël

 16/12/2007
Pour décorer votre table de fête, quoi de mieux que quelques fleurs. Voici quelques conseils pour cultiver des fleurs de saison et forcer quelques bulbes à fleurir prématurément.
Le poinsettia

Originaire du Mexique, le poinsettia est la plante idéale pour décorer votre table de Réveillon. Elle est d’ailleurs surnommée étoile de Noël, en raison de la forme de ses feuilles et de sa couleur rouge.

Pour conserver cette plante le plus longtemps possible, choisissez-lui un endroit bien éclairé, dont la température est comprise entre 17°C et 20°C. Veillez à ce qu’elle ne soit pas dans un courant d’air et que la terre soit bien drainée, afin d’éviter le pourrissement des racines. Arrosez-la régulièrement, tous les deux jours environ, par le dessous.

Au début du printemps, coupez la moitié des branches et réduisez l’arrosage à une ou deux fois par semaine.
Puis, lorsque les jours radoucissent, mettez-la dans le jardin. Son feuillage sera alors vert. Laissez-la ainsi tout l’été.

Pour qu’il refleurisse à Noël suivant, placez le poinsettia dans l’obscurité, 14 heures par jour, dès le mois de septembre ; et ceci pendant deux mois.


La jacinthe

Le plus simple est de cultiver la jacinthe sur l’eau.
Pour cela, vous avez besoin d’un vase adapté – qui présente un étranglement sur lequel repose le bulbe - grâce auquel seules les racines seront immergées.

Pour obtenir une floraison à la fin de l’année, vous devez :
- placer vos bulbes dans le bas du réfrigérateur pendant les quatre à six semaines précédant la culture ;
- poser ensuite le bulbe sur le vase sans que l’eau ne le touche ;- placer le vase à l’ombre et au frais ;
- lorsqu’une pousse de quelques centimètres apparaît, placer le vase en pleine lumière ;
- si cela vous semble nécessaire, vous pouvez renouveler l’eau du vase. Parfois, cela favorise la croissance de la plante.

Ce mode de culture a le désavantage d’épuiser le bulbe. Il ne peut donc pas refleurir l’année suivante.


L’amaryllis

La floraison de l’amaryllis intervient six à huit semaines après sa plantation. Pour planter vos bulbes d’amaryllis :
- commencez par choisir un pot dont le diamètre sera plus large que le bulbe ;
- si votre bulbe à des racines, coupez-les de quelques centimètres ;
- n’enterrez que la moitié du bulbe.

Veillez à ce que votre plante bénéficie d’un sol bien drainé.
Ensuite, arrosez le bulbe une à deux fois par semaine seulement.

Vous pouvez aussi cultiver vos bulbes d’amaryllis dans l’eau, comme les jacinthes. Dans ce cas, choisissez un vase adapté, grâce auquel seule la partie inférieure du bulbe sera immergée.

Les fleurs d’amaryllis sont très impressionnantes, elles font de quinze à trente centimètres de diamètre. Il est donc parfois nécessaire de maintenir la hampe à l’aide d’un tuteur.

Source : L'Internaute Jardins



Manger des légumes c’est bien, mais encore faut-il savoir bien les cuire pour conserver vitamines, minéraux et fibres.

Les légumes : une source de bienfaits

La famille des fruits et des légumes apporte à l'organisme des micronutriments essentiels à l'équilibre : vitamines, minéraux et fibres alimentaires. Chacun de ces nutriments remplit des fonctions qui leur sont propres et qui s'emboîtent les unes dans les autres. Une seule vitamine vient à manquer et tout l'équilibre s'écroule. La vitamine C par exemple, entre en jeu à la fois dans les processus anti-oxydatif, anti-infectieux et anti-allergique. Elle réduit la toxicité de certains polluants, augmente le potentiel d'action de la vitamine B9 et permet au fer d'être mieux absorbé. Autant dire que tous ces micronutriments sont autant de trésors qu'il faut préserver lors de la cuisson.

Limiter le stockage et le trempage

- Avant même de cuire les légumes, il faut limiter la déperdition des vitamines lors du stockage. Celui-ci peut faire perdre jusqu'à 50 % de la teneur en vitamine C. C'est le cas de la pomme de terre après 3 mois de stockage. Garder quelques jours les légumes dans le bac du réfrigérateur réduit également les teneurs en vitamines fragiles. Il est donc conseillé de consommer les légumes frais dans les 24 à 48 heures après leur achat.
- Le trempage peut également faire perdre des micronutriments. Vitamine C et vitamine B sont en partie dissoutes dans l'eau de trempage. Un simple rinçage à l'eau courante et de faible pression suffit.

A la vapeur : la meilleure façon de cuire les légumes

La chaleur détruit les vitamines fragiles de façon proportionnelle au temps de cuisson et à l'élévation de la température. La cuisson rapide à la vapeur, dans un panier-vapeur (pour éviter la dissolution des minéraux dans l'eau) est la meilleure méthode pour garder les qualités nutritionnelles des légumes. C'est également le mode de cuisson qui protège le mieux la saveur exacte des aliments.

Quelques trucs pratiques

- Utiliser les eaux de cuisson de légumes pour cuisiner (sauces, jus, vinaigrette). Elles contiennent des vitamines et des minéraux dissous.
- Manger régulièrement des légumes crus. Leur teneur en micronutriments est maximale.
- Garder la peau des pommes de terre pour les faire cuire. Elles perdront moins de vitamines.
- La cuisson à l'eau doit se faire dans de l'eau bouillante. La haute température de l'eau permet de "coaguler" les sucres en surface qui forment une protection et évite une diffusion trop importante des micronutriments.
- Préférer les légumes "al dente". Un temps de cuisson court conservera mieux les micronutriments.

Source : Le Journal des Femmes - Par le Docteur Caroline Le Marchand-Duros



Certaines plantes d'intérieur ont des propriétés dépolluantes et assainissantes comme le spathiphyllum.

Voici quelques autres plantes aux vertus bienfaitrices pour nos intérieurs (et pour nous). De quoi avoir envie d'en installer un peu partout chez soi !

L'azalée est la plante qui élimine le mieux l'ammoniac des dégraissants et de produits de nettoyage des sols.

Le chrysanthème absorbe le trichloréthylène, substance hautement toxique qui se dégage des peintures et solvants. Il est donc particulièrement recommandé dans les pièces aux murs peints et vernis.

Le ficus est le meilleur neutralisant du formaldéhyde, le formol, hautement cancérigène, utilisé un peu partout dans la maison (tissus d'ameubelement, mousses d'isolation, colle à moquette...).

Le philodendron absorbe remarquablement le pentachlorophémol, ou PCP, omniprésent dans les produits de traitement du bois. Cette plante aux grandes feuilles dégage beaucoup de vapeur d'eau, ce qui évite l'assèchement de l'air dans les pièces chauffées.

Le chlorophytum supprime le monoxyde de carbone et le formaldéhyde ; c'est la meilleure prévention contre leurs effets cancérigènes et contre les allergies. La plante à avoir absolument !

Le cactus est réputé protéger les ondes électromagnétiques des tubes cathodiques des téléviseurs et ordinateurs.

Le lierre est la meilleure plante pour éliminer le benzène, un solvant très présent dans les peintures, les encres, les matières plastiques et les détergents.

Le dieffenbachia, le spathiphyllum, le faux-papyrus, le dracæna, le clivia, entre autres, sont aussi très utiles pour dépolluer les intérieurs.

Source : salon Viv'expo - Paris



Je viens de découvrir aujourd'hui que ma plante fait une fleur. Elle est encore en bouton et va bientôt s'ouvrir.


C'est une plante sans prétention qui mène sa vie sans poser de problèmes particuliers.

Elle forme une belle touffe de feuilles lancéolées vert brillant d'où s'élèvent des tiges porteuses de bractées blanches (spathes).
Originaire des forêts tropicales d'Amérique du sud où elle pousse à l'abri des arbres et dans une atmosphère humide, elle doit retrouver dans nos appartement un minimum de ces conditions. Donc pas de soleil direct, une température de 18 à 20 degrés et une bonne humidité ambiante.
Pulvérisez le feuillage avec une eau non calcaire, arrosez et fertilisez sans excès.

Lorsqu'elle n'est pas bien elle le manifeste, à vous de bien interpréter ses signaux !
Sachez que si les pointes des feuilles brunissent c'est que vous avez trop mis d'engrais ou que l'atmosphère est trop sèche. Des feuilles molles signifient que la plante a soif .
Si elle refuse obstinément de fleurir c'est qu'elle n'est vraiment pas bien, a-t-elle assez de lumière et d'engrais?

Cette plante est un vrai épurateur d'air, mais elle est toxique pour les animaux (chiens, chats, petits mammifères) alors, soyons vigilants!

Source : Gerbeaud



Surprise ce WE !

 15/12/2007

Je viens de voir ce WE, le 11 novembre 2007, que mon orchidée se prépare à refleurir. Elle a fait 2 tiges qui donneront certainement plus tard des fleurs.

La tige que l'on voit sur la gauche était cachée en dessous d'une feuille. C'est pour cette raison qu'elle est un peu tordue! Je l'ai sortie pour qu'elle reprenne une forme droite. La 2ème tige est à l'arrière sur la droite au-dessus d'une feuille. Elle est plus petite.

===========================================

 

Aujourd'hui, 14 décembre, j'ai vu que les tiges de l'orchidée avaient bien grandi. Alors, je les ai guidées avec 2 tuteurs.




A suivre!




Rien de tel qu'une soupe de légumes pour nous réchauffer !
Ce soir, ce sera une assiette de soupe de carottes du jardin au curry pour tous. Pas mal du tout !

Ce qu'il faut :

- 1kg de carottes
- 2 oignons
- 3 c à c de curry
- 1 bouillon cube
- Sel et poivre


Recette :

- On commence par émincer grossièrement 2 beaux oignons et on les fait revenir dans une c à s d'huile d'olive directement dans la cocotte minute.

- Pendant ce temps, on épluche 1 kg de carottes et on les coupe en grosses rondelles.

- On les ajoute aux oignons avec une c à s d'huile d'olive supplémentaire.

- On saupoudre les légumes de 3 c à c de curry et on remue le tout.

- Ajouter ensuite le bouillon puis au moins 1 litre d'eau dans la cocotte et on ferme le couvercle.

- On monte le feu au max et dés que ça chuchote, on compte 25 minutes en baissant sur feu moyen.

- On laisse échapper la vapeur et on mixe le tout avec un plongeur.



Il ne reste plus qu'à déguster avec un peu de crème fraîche...



Source : Blog d'Audinette



Fenêtres de ma maison

 15/12/2007

Hier avec le soleil, j'ai trouvé que les hirondelles avaient de belles couleurs chatoyantes !
Derrière, vous apercevez la guirlande électrique qui est à l'extérieur au-dessus du balcon. J'essaierai de faire une photo extérieure la nuit pour vous montrer.



L'ange à la petite fenêtre.



Demain, j'aurai fini de tout décorer pour Noël. Je ferai de nouvelles photos.




Je ne les ai pas tous faits cette année. Un petit peu tous les ans ...

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques cartes de voeux! Je dois vous avouer que je les garde précieusement  .... Quand elles ont été terminées, je n'avais plus envie de les envoyer  ....

 

 




Pour celles qui ont une machine à pain, voici une excellente recette de pain d'épices pour les fêtes de fin d'année.
Vous pouvez également choisir cette recette pour une cuisson au four. J'ai aussi testé et c'est excellent.  
Astuce Pour faire briller le pain d’épices, je le badigeonne dès sa sortie du four avec un pinceau trempé dans un sirop fait maison avec du sucre, de l'eau et du Cointreau.

Mettre les ingrédients suivants dans la MAP :

- 100 ml de lait tiède 
- 250 g de miel fondu 
- 100 g de beurre fondu 
- 1 oeuf battu 
- 1/2c à c de bicarbonate de soude 
- 50 g de cassonade 
- 130g de farine 
- 70g de farine complète 
- 1sachet de levure chimique 
- 2 c à c de cannelle 
- 1 c à c de mélange 4 épices (cannelle, muscade, poivre, girofle)

La pâte est un peu liquide comme une pâte à gâteau.

Dans ma MAP Moulinex, programme gâteau (1h25)
programme : 7 - dorage : 2 - poids : 750g

=========================================

Voici avec la même recette, mais la cuisson est faite au four.

la pâte dans mes nouveaux moules




la cuisson au four




Prêts à être dégustés

         




Délice de mûres

 13/12/2007
Voici le gâteau que j'ai fait ce WE pour l'anniversaire de ma fille et le mien. Il vous semble peut-être compliqué à faire alors qu'en fait il est très simple à réaliser. Le seul inconvénient est qu'il demande un peu de temps mais pour remédier à cela, on peut en faire une partie la veille.

Ce qu'il faut :

Pour 8 personnes :

Pour la génoise (on peut aussi en utiliser une du commerce) :

- 5 oeufs
- 160 g de sucre
- 155 g de farine
- 40 g de beurre fondu

Pour la crème pâtissière :

- 50 cl de lait
- 1 gousse de vanille
- 4 jaunes d'oeufs
- 110 g de sucre en poudre
- 45 g de maïzéna
- 150 g de beurre

Pour le sirop :

- 5 cl de crème de cassis ou alcool de fruits rouges
- 100 g de sucre

Pour la garniture :

- 350 g de mûres fraiches ou surgelées (ou autres fruits rouges)
- 1 paquet de biscuits roses de Reims ou des biscuits à la cuiller

Pour le nappage :

- 300g de coulis de mûres
- 3 feuilles de gélatine


Préparation :


1 - Pour gagner du temps, réaliser la génoise et la crème pâtissière la veille, elles auront une meilleure tenue.

Préparez la génoise :

 

 

Battez au fouet électrique les oeufs et le sucre pendant 1 minute pour bien assembler les 2 ingrédients. Placez le récipient contenant le mélange oeufs/sucre au bain-marie et battez à grande vitesse pendant 5 à 10 minutes. Le mélange va blanchir, gonfler et devenir aérien. Au bout de ce temps, retirez le récipient du bain-marie sans cesser de battre et continuez à battre encore 5 à 10 minutes. Puis incorporez la farine et le beurre fondu à l'aide d'une cuillère en soulevant la masse, des bords vers le centre. Versez la pâte dans un moule à charnières beurré et fariné (diamètre 26 cm environ). Faites cuire 25 à 30 minutes à 175°C. Démoulez dès la sortie du four et laissez refroidir pendant 1 heure au moins.

2 - Préparez la crème pâtissière :



Faites bouillir le lait avec la gousse de vanille fendue en deux dans le sens de la longueur et dont on aura préalablement fait tomber les petites graines noires dans le lait. Pendant ce temps, faites blanchir les jaunes d'oeufs avec le sucre. Ajoutez la maïzéna et mélangez. Versez le lait bouillant sur le mélange oeufs/maïzéna/sucre après avoir retiré la gousse de vanille. Mélangez bien puis replacez l'ensemble dans la casserole. Faites épaissir la crème pâtissière sur feu doux sans cesser de remuer jusqu'à ce qu'elle se mette à bouillir. Versez-la dans un récipient. Ajoutez la moitié du beurre. Laissez refroidir puis incorporez le reste de beurre en pommade.
Si vous avez réalisé ces étapes la veille, placez la crème pâtissière au frigo et enveloppez la génoise dans du papier d'aluminium jusqu'au lendemain.

3 - Coupez la génoise en deux et préparez le sirop.



Faites bouillir 20 cl d'eau avec le sucre pendant 1 minute, laissez refroidir puis ajoutez l'alcool.

4 - Posez une abaisse de génoise sur le plat de service, imbibez-la de sirop.

 

 

Puis répartissez une couche de crème.



Posez dessus les mûres.



Recouvrez avec l'autre abaisse de génoise. Lissez les bords du gâteau à l'aide d'une spatule.



Prenez un cercle à pâtisserie et placez votre gâteau à l'intérieur.



5 - Préparez le coulis de mûres.
Faites ramollir 3 feuilles de gélatine dans de l'eau.



Pendant ce temps, mixez assez longtemps 500g de mûres, 150g de sucre et le jus d'un 1/2 citron. Filtrez dans une passoire pour enlever les petits grains des mûres.

 

 

Faites légèrement chauffer le coulis.
Essorez les feuilles de gélatine et ajoutez-les au coulis en remuant. Nappez-en le gâteau. Laissez prendre au réfrigérateur.



6 - Lorsque le coulis est bien pris, démoulez votre gâteau sur un plat. Trempez rapidement les biscuits roses de Reims dans le sirop restant, coupez-les de la hauteur du gâteau et disposez-les sur le pourtour en les faisant adhérer.



Décorez le dessus du gâteau avec quelques mûres et des biscuits réduits en poudre. Placez au réfrigérateur jusqu'au moment de servir.

 

===========================================

Variante
:

La recette d'origine était faite avec un nappage au chocolat blanc. Mais ça ne me plaisait pas car je n'apprécie pas le chocolat blanc.
Voici pour celles qui aiment :

Pour le nappage au chocolat blanc :

- 200 g de chocolat blanc
- 100 ml de crème liquide

Préparez le glaçage au chocolat blanc :

Râpez le chocolat blanc, faites bouillir la crème et versez-la sur le chocolat râpé. Mélangez pour obtenir une pâte lisse. Nappez-en le gâteau.


Autre suggestion :

Pour finir... Si l'on ne veut pas réaliser le glaçage au chocolat blanc ou que l'on n'a pas de biscuits roses, on peut étaler une fine couche de crème pâtissière sur le dessus et le pourtour du gâteau et saupoudrer d'amandes effilées ou hachées.

Source : Le journal des Femmes




Gratinée au potiron

 12/12/2007
Le petit plus: lorsque vous mixez, incorporer 2 à 3 cuillères à soupe de crème fraîche pour le rendre plus onctueuse.

Pour 4 personnes

Ce qu'il faut :

- 1,5 kg de potiron
- 2 blancs de poireaux
- 1 grosse courgette
- 50g de poitrine fumée ou des allumettes de lardons (facultatif)
- 20g de beurre
- 120g de fromage râpé
- Sel poivre

Recette :

- Dans une cocotte, faire fondre le beurre, y jeter les poireaux émincés, couvrir et laisser étuver en remuant régulièrement.

- 5 mn plus tard, ajouter la chair de potiron et les cubes de courgette, saler, poivrer puis mouiller la préparation avec 1 litre 1/4 d'eau chaude.



- Remuer et laisser cuire doucement 30mn ou 10 mn en auto-cuiseur.

- Si vous utilisez la poitrine fumée ou les allumettes de lardons, les faire blanchir 5 mn à l'eau bouillante avant de les ajouter à la soupe.

- Lorsque la cuisson est terminée, mixer la soupe.



-La verser sur les lardons, poudrer avec le fromage râpé et passer sous le grill quelques minutes.

 

 

Source : mon amie Rolande




Mousse de potiron

 12/12/2007
Vous pouvez servir ces mousses avec des œufs pochés présentés sur un lit de salade.

Pour 4 personnes.

Ingrédients :

• 800 g de potiron
• 1 orange
• 30 g de beurre
• 200 g de fromage blanc (faisselle)
• 2 œufs
• 1 c. à soupe de cerfeuil ou de persil
• 1 pincée de noix de muscade
• sel, poivre

Préparation :

- Epluchez le potiron, ôtez les graines et les filaments. Coupez la chair en dés. Faites les fondre dans le beurre jusqu'à évoparation de l'eau. Passez cette purée de potiron au mixer.



- Ajoutez les œufs battus, le fromage blanc bien égoutté, le zeste d'orange râpé, le cerfeuil ciselé, la noix de muscade, sel et poivre.

 

 

- Beurrez des ramequins et les remplir de la préparation.

- Faites-les cuire au four au bain-marie (th. 6- 180°C) 20 mn environ.

 

 

Servir accompagné d'une petite salade de mâche.

Source : mon amie Rolande




<< 394 395 396 397 398 399 400 401 402 403 404 405 406 407 408 409 410 411 412 413 414 415 416 417 418 >>

 

J'invite un ami à créer son blog
 
Votre prénom :
Prénom de votre ami :
E-mail de votre ami :
 
Message :